AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Klem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Klem
Officier marinas
Officier marinas
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 36
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: Klem   Ven 23 Juin 2006 - 11:15

Je n'ai gardé que de vagues souvenirs de ma patrie et de ma famille. Ce que je sais de cette période je l'ai appris de mes maitres, car je fus esclaves.
Il semblerait que je sois née dans une famille aisée, mon père aurait été un orfèvre de Panagyurichté. La Thrace ne fut jamais un territoire fédéré. Les cités, villages, et tribus nomades qui forment aux yeux des grecs la nation thrace n'ont jamais été unie. Tout au plus s'alliaient elle de façon ponctuel, el le plus souvent contre d'autres Thraces.Vous autres grecs n'avez que mépris pour ceux de mon peuple, nous somme « barbare », nous ne parlons pas votre langue.Pourtant notre or vous semblait digne d'interet. Ce sont des grecs, des pillard béotien qui razzièrent Panagyurichté. Je n'avais probablemment pas plus de 6 ans quand je fus enmené en captivité. Ma mémoire à préféré se fermer à ces évènements. Parfois remontent des souvenirs de soufrances, de mauvais traitement. Si la position d'un esclaves à Athène pouvais présenter certains avantages, au villages de pouilleux béotien ou je fus vendu je n'étais guère qu'un animal, on me retira mon nom, mes souvenirs, ma dignité. De cette période je n'ai gardé que le patronyme simple que mes maitres m'ont attribué : Klem, mon vrai nom je ne l'utilise pas, celui que j'étais ou aurais pu être est mort.

Je vécu ainsi, corps sans âmes, sans volonté, de tel manière qu'on finit par me prendre pour un simple d'esprit. Jusqu'à ce que ayant atteint l'âge ou le corps de l'enfant laisse place à celui de l'homme on me chargea avec le fils de mon maitre de mener les troupeaux de moutons sur les paturages d'altitudes. Mon compagnon s'appelait Sicanos. Il était ce qui se raprochait le plus d'un ami, je l'ai pourtant tué, froidement, au termes d'un bref affrontement ou je le pris par surprise, lachement. Encore aujourd'hui je n'éprouve pas de remords, j'étais alors quelqu'un d'autres.
Ce meurtre me permis de recouvrer ma liberté, mais surtout fut l'étincelle qui raviva le feu qui couvait en moi depuis toutes ces années. Commença alors une vie d'errance ou je fuyais la Grèce...

Deux années d'errance en direction de l'ouest me menèrent à travers l'illyrie, ou j'intégrais une bande de pirate illyriens dirigé par un homme cruel du nom de Cleitos, la rumeur le disait être un athénien renégat à un ordre de combatant sacré, ce qui est sure c'est qu'il restait secret sur ce qu'avais pu être son passé. Une fois je vis un des hommes d'équipage mis en confiance par quelques pintes de vin messenien le questionner sur son histoire, l'homme fut abattu d'un coup qui aurait put arracher le mat de notre navire.

C'est a bord de ce navire que je fut témoins de la terrible colère du divin poseïdon pour la première fois. Notre trière « l'hypocampe » croisait au large de la Sicile. En effet le trafic entre cette ile et le monde grec était important en raison des liens étroit qu'entretiennent les villes d'atique et du pèloponnèse avec leur colonies. Un matin la vigie signala une embarcation se dirigeant plein est. Malheureusement pour elle elle était pris dans un mauvais courant. L'embarcation ne pouvant maneuvrer correctement pour rompre l'engagement nous éperoname l'esquif. Nous pensions avoir affaire à des marchands...il eu mieu valu pour nous.
C'était en fait une ambassade religieusequi envoyait une délégation afin de renouveler des voeux de paix et bonne entente entre la ville de Syracuse et d'Olympie à l'occasion des jeux panhéllènique. A son bord en plus d'un équipage réduit se trouvait des prêtres, des prêtresse, des jeunes filles ainsi que des éphèbes.il n'y eu pour ainsi dire pas d'affrontement. Toutefois un homme au costume étrange se débarrassa de quelque uns de nos homme sans faire le moindre effort. Cleitos dut alors intervenir, le combat fut bref et je jurai que certains de leurs mouvement échappai presque à mon regard. Cleitos en sortie vainqueur mais semblait sévèrement atteint, pourtant son corps ne portait pas de marque de blessures. Je ne savais alors pas les terribles ravages internes que pouvaient causer les attaques cosmiques. Le butin s'avéra décevant, pas de marchandise, très peu d'or, seulement quelques ex voto et un autel dédié à poseïdon qui témoignait du caractère religieux de l'embassade, moi même cédant à l'appat du gain je pris sur le cadavre du guerrier ennemis un pendentif représentant un poisson avec de cruels épines.La matière n'était ni de l'or ni rien que j'identifiai comme étant précieu, et pourtant je me sentais étrangement fasciné par la figurine.

Cleitos étant soufrant c'est le second qui pris le commandement. Si Cleitos était un homme sans pitié il était aussi un homme avisé, son second lui n'était guère qu'une brute sans cervelle bonne à appliquer des ordres mais pas à en donner. Etant le seul homme d 'équipage parlant la langue des vaincus je compris vite la nature du batiment que nous avions capturé. Pris d'un sombre pressentiment je suggérai au second de relacher l'embassade et de se contenter du maigres butin. Le second pensant que j'essayait de leur jouer un mauvais tour me fis mettre au fer. Il permit alors a l'équipage de disposer des prisonniers, Les vieillards furent éxécutés, les jeunes gens promis au marché aux esclaves, mais plus grave les jeunes filles consacrés subirent les derniers outrages, quand à l'autel il fut renversé,détruit, profané. Ma situation n'était guère reluisante,le second me laissa à fond de cale avec les prisonniers et prisonnières qui voyait en moi, et à juste titre, un de leur bourreaux.

Le surlendemain, ce fut l'apocalypse. Malgré mon incarcération j'appris que Cleitos était mort à la suite de ces blessures, comme si cela ne suffisait pas les prêtresses outragées s'ouvrirent les veines avec leurs dents et profèrèrent des malédictions rituels à mesure que leur sang se deversait, formant bientôt un petit ruisseau à fond de cale. Le navire croisait sur une mer d'huile et aucun nuage ne se profilait a l'horizon, Mais par une funeste magie le temps tourna à la tempête.Le navire tint bon la mer pendant un temps, à fond de cale les bruits de « l'hypocampe » martyrisé se mélengeait à la lithanie infernale des prêtresse. Je jure devant les dieux que jamais je n'ais été pris d'une telle terreur. Alors que je n'avais jamais vénéré un dieu de préférence à un autre je me mis, tel un enfants appelant sa mère, à invoquer la miséricorde de Poseïdon. Le batiment résistait courageusement mais bientôt une vague le retourna, et alors que l'eau s'engoufrait et noyait tout les occupants de la cale je sombrais dans l'inconscience....

Mon réveil fut un choc.Je me crus d'abord mort mais l'idée que je me faisait du royaume d'Hadès ne collait pas à ce que je découvris. Quand j'ouvris les yeux ce fut pour voir un paysage étrangé. Tout autour de moi ce n'était que terre de sable,fleuves de vase, montagnes de corail, mais plus troublant encore la lumière semblait diffuse et changeante comme celle d'une lampe en plein vents. Je levait les yeux au ciel pour constater qu'en fait de ciel la mer se trouvait au dessus de moi. Faisant quelques pas sur ce nouveau monde insoupçoné, une voix m'interpella bientôt.

-Alors c'est pour toi qu'on m'a dérangé! Enfin! Les voix du seigneurs des mers sont impénétrable...(soupir)

-(sursaut)Qui...qui etes vous? Ou...ou etes vous ?

-Ici idiot! Et arrête de bafouiller!!

Au dessus de moi assis nonchalament sur un massif de coarail multicolor se tenait un homme a l'aura familière, non pas que je le connaisse mais un je ne sais quoi en lui me faisai penser a l'adversaire malheureux de Cleitos, machinalement je manipulai le pendentif qui pendait à mon cous.

-Sort de ton hébétude, ferme la bouche tu aura l'air moins stupide! (en apparté:et bien ça promet,on me flanque un benêt....)

-Qui êtes vous? Un esprit? Je suis au fond des mers n'est ce pas? Etes vous Poseïdon?
-(éclat de rire)Poseïdon?! Moi?!!certainement pas! En temps normal je te chatierai pour ce manquement à l'étiquette, mais étant doné les circontances exceptionelles de ton arrivée ici je suppose que je vais passer sur ton ignorance crasse.
-Mais alors qui e...?

-Du calme! j'y viens!mon nom est Morpheus... je suis une marina au service de l'empereur de toute les mers, sa majesté le divin Poseïdon. (ces derniers mots étaient prononcé avec une déférence et un respect profond, qui tranchaient avec le ton de mépris mélé d'amusement sur lequel s'adressait a moi Morpheus).

-Mais que fais j....?
-Non jeune poisson! Tu posera tes questions ineptes quand je t'aurais exposé la situation dans laquel tu t'est toi même fourré. (son visage devint soudain grave)Quand je suis dépéché sur le lieu d'une profanation au détriment de ce qui est consacré a mon maitre ma mission est d'éxécuter les profanateurs(la posture de Morpheus changea de façon subtil, l'homme tel un poisson carnassier semblait prêt a bondir afin de me mettre en pièce, l'atmosphère se chargea d'intention meurtrière et je cru même voir cette aura, j'aurai pu la palper).Mais il semblerait que Poseïdon se contente du sang déjà versé. Ta vie , contre toute attente sera épargné, mais désormais cette vie ne t'appartiens plus. Ta prière a été entendue!! te voilà sauvé, mais désormais pour te racheter tu te retrouve au service de mon maitre, ce qui fais de nous(soupir) ,des frêres d'armes(gros soupir) ,et ma tache consiste a te donner les bases,les techniques et les connaissances nécéssaires pour etre une marina. Me voilà ton mentor pour un temps(énorme soupir) .Une dernière chose avant que commence ton apprentissage, le pendentif que tu a pris sur le cadavre de ce pauvre Timagoras représente un poisson vipère, Le cosmos de Timagoras était presque en harmonie avec ce noble animal, il est possible que ton cosmos soit un jour en harmonie lui aussi... auxquel cas tu deviendrai digne de la protection de ce charmant poisson!
- Le cosmos?Mais qu'est ce q...??

-(éclat de rire)Et bien, je suppose que sur cette légitime curiosité, ton initiation commence!
C'est ainsi que je fus instruit de mes droits et devoirs en tant que marinas de Poseïdon. Puisse mon destin me permettre de me racheter à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
 
Klem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» KLEM [ Illustrations. ]
» Besoin de VOS Trucs et Astuces
» Faut-il tout se dire dans le couple ?
» Le baiser de la St Valentin
» KLEMM 35 SUEDOIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GodWarriors - Le Sanctuaire Sous-Marin :: Forum RP :: [RP] Background du Clan et des Marinas-
Sauter vers: