AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [BG] Kyhréos

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [BG] Kyhréos   Dim 29 Avr 2007 - 11:01

CHAPITRE I : LE DEBUT DE LA FOLIE

Je me nomme Kyrhéos, j’ai vécu dans un village de chasseur près de Sparte. Mon père, Elbored, était un homme grand et fort qui m’a toujours détesté, me tenant responsable de la mort de ma mère, décédée en me donnant la vie. Ma mère, qui en fait était ma sœur, violée par mon père à l’âge de 14 ans, morte et enterrée à 15.

Je vous laisse imaginer la violence des disputes qui pouvaient m’opposer à mon père. Car je le tenais moi aussi pour responsable de la mort de ma mère-sœur.

A l’âge de 17 ans, je décidais de me venger. Puisqu’il avait violé et tué ma mère, j’allais en faire autant pas sa femme. La violence de mon père avait fait de moi un colosse. L’année suivant, je mesurais 2m30 pour 130 kilo de muscles quand je décidais de passer à l’acte.

La pauvre femme se débattue, hurla, me supplia. Mais rien n’y faisait. Je déchirais ses vêtements et la violais sans états d’âmes. A la fin, alors qu’elle se relevait péniblement et commençait de se rhabiller, je me saisi de ma lance de chasse pour l’empaler violemment sur un pan de la maison de bois. Son sang dégoulinait sur le sol, créant une immense marre de sang dans laquelle je me baignais, toujours nu comme un ver.

Ainsi plongé dans le sang de celle qui n’avait été autre que ma propre grand mère, j’étais heureux. Mais la haine parcourait toujours mes veines. Je n’étais pas rassasié. J’avais toujours ce désir de vengeance, et je ressentais le besoin de tuer tous ceux qui avaient contribués à mon malheur. Mon père, mais aussi tout le village qui avait gardé le silence face à la violence de mon père, qui heureusement pour lui n’osait plus me toucher depuis déjà quelques temps.

Je saisis ma lance, laissant choir le corps de la femme. Les hommes étaient parti à la chasse, me laissant le soin de veiller sur le village. Village que j’allais détruire. Je pénétrais dans toutes les demeures, tuant sans distinctions femmes et enfants. Ma tunique et mon corps ruisselaient de sang.

Je réalisais alors que je ne pourrais pas tuer tous les hommes en même temps. Je devais donc partir à la chasse moi aussi. A la chasse à l’homme.

Je partis donc la lance à la main et l’épée au fourreau. J’avais volé l’armure de cuir de mon père qui se tinta rapidement de rouge. Le seul à survivre dans la forêt fut mon père, que je laissais rentrer au village, voir le carnage qui avait eu lieu. A lui, je lui devais un duel à mort. Oui, je devais lui laisser une chance de survivre et de me maudire à jamais.

Quand je sortis de la forêt totalement couvert du sang de mes victimes, lui même émergeait de la maison qui était la sienne. Les larmes aux yeux. Le pauvre homme n’avait pas compris. Il me questionna...


« Que s’est-il passé ? Où étais-tu petit fils de putain ? »

« Que s’est-il passé !? La vengeance cher père ! Ma vengeance !

Et tu es le dernier ! »


Il semblait désemparé. Il se rua sur moi, la lance à la main.

* A armes égales alors *, pensais-je.

Je me saisi de ma lance également, et le duel commença. Malgré sa taille, il était bien plus petit que moi. Bien plus faible aussi.

A force d’esquive, nos lances finirent par s’entrecroiser. Erreur des plus stupide. En un coup sec vers le haut, je le désarmais, faisant voler sa lance et lui- même à bonne distance.

Il se releva, plus furieux que jamais, l’épée à la main. Ma lance en bois de hêtre résista un moment à ses coups de tranches. Mais elle finie par se briser. Je lui mis alors un coup de pied pour le faire tomber à terre. Je m’éloignais d’un bond, et, anticipant qu’il allait se relever, je projetais ce qu’il restait de ma lance dans sa direction. Elle s’enfonça dans sa poitrine. La puissance du jet le projeta encore plus loin. A terre, il suffoquait. Je m’approchais de lui. Il respirait encore. Mes derniers mots pour lui furent simples, froids, sans âme.


« Je te déteste »

Puis je sortis mon épée du fourreau, m’agenouillais à ses cotés, lui relevais la tête et la tranchais d’un coup net. Puis je la plantais au bout d’une pique à coté de la pierre centrale du village sur laquelle je gravais en lettre de sang...

Citation :
CE LIEU EST MAUDIT
KYRHEOS EN EST LE BOURREAU
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [BG] Kyhréos   Dim 29 Avr 2007 - 11:02

CHAPITRE II : LE SCHIZOPHRENE

Cela faisait trois jours que j’avais quitté le village. J’arrivais dans la ville proche, Sparte, pendant la nuit. Le peu de personne qui traînaient dan les rues prenaient peur en me voyant.

Les seules qui ne bronchaient pas étaient des filles de joie, visiblement attirées par ma masse musculaire. Je m’approchais de deux d’entre elles, les invitant à faire ce pour quoi elles étaient là. Après l’action, n’ayant pas de quoi les payer, je fît en sorte qu’elles se taisent à jamais.

Ce manège dura trois nuits, dans différents quartiers de la ville. Je me nourrissais d’elles, de leurs muscles, de leurs organes, de leurs chairs, de leurs yeux.

Mais je me réveillais un matin entouré par la garde de la ville. On, me jugea et me condamna à mort. En attendant, on m’avait enfermé dans une geôle avec un vieil homme qui avait critiqué le gouverneur. Effectivement, cet homme parlait trop, et il ne voulait pas comprendre qu’il devait se taire.

Je décidais de le lui faire comprendre à ma manière. Je saisi sa tête à plein main et la lui enfonçait dans un mur. Je la reculais et lui enfonçais à nouveau. Encore, encore, et encore. Jusqu’à ce que le sang chaud dégoulina sur mes mains que je nettoyais en les léchant. J’aime le goût du sang.

C’est alors qu’une voie résonna dans ma tête.


* Espèce de fou ! Tu n’es qu’une fourmi ! *

Je ne m’inquiétais même pas et répondis...

« Je ne suis pas une fourmi, je les écrase ! »

* Tu ne vaux pas mieux, et de toute façon tu vas mourir ! *

« On verra bien… »

* Ils viennent te chercher… *

Effectivement, mon garde arriva. Il suait la peur. Je crois que le gouverneur a eu peur que je ne fasse des dégâts avant de mourir.

Le message était clair : « Fais ce que tu veux de celui là et va-t-en pour ne jamais revenir »

Le pauvre soldat pointa timidement vers moi un lance qui aurait pu me servir de cure-dent. Il murmura alors, apeuré...


« Je vous conduis à la place publique, obéissez sans résister »

Il avait le regard vide. Je l’attrapais par la tête et la lui enfonçais entre les barreaux de ma cellule jusqu’à ce qu’il en meure. Je m’évadais alors tranquillement, quittant la ville par de petites rues désertes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [BG] Kyhréos   Dim 29 Avr 2007 - 11:03

CHAPITRE III : UN NOUVEL ESPOIR

Une fois sorti de Sparte, je devais me nourrir seul, je ne pouvais plus voler de victuailles, ni démembrer de prostituées pour subvenir à mes besoins.
Pour manger, j’entaillais mes bras pour attirer les prédateurs et les massacrer. Pour cela, ma force pure ne me suffisais pas, et les armes et le bouclier que j’avais « emprunté » à mon geôlier s’avéraient plus que nécessaire conte les ours ou les meutes de loup.
Pour boire, je me contentais de simples flaques d’eaux. Quand je tombais sur un ruisseau, c’était pour moi un bonheur. Je m’y désaltérais et m’y lavais.

J’ai vécu ainsi plusieurs semaines avant de tomber sur une ville à Cap Ténare. Je commençais d’y semer la terreur, mais elle était protégée par des Marinas qui m'obligèrent à fuir, chose à laquelle je n'étais pas coutumier. Ils dégageaient une drôle d’énergie qui semblait s’appeler le Cosmos.

J’allais sortir de la ville quand un Marina qui en imposait me barra la route. Je n’eus pas le temps de comprendre ce qu’il m’arrivait. Moi le colosse indomptable, je me retrouvais au sol, vidé de mes forces.

J’ignore comme cela s’est passé. Je me réveillais face à lui dans des geôles solidement enchaîné. Il me parla en ses termes, durs mais justes, comme personne ne l’avait fait avant lui :


« Jeune homme, tu dois être aussi fou que tu es fort. Pour avoir semé le trouble dans cette ville, tu mérites d’être puni. La sanction normal serait de t’envoyer aux travaux forcés. Mais comment obliger un colosse tel que toi à cette tache ? Cela me semble bien impossible. Mais tu as de la valeur, et tu peux être utile à Poséidon en devenant Marina. Accepte mon aide et je te permettrais de connaître les secret du Cosmos… »

« Et qui vous dit que je ne me retournerais pas contre vous ensuite ? »

« J’ai confiance » , dit-il simplement.

La confiance… Voilà quelque chose que l’on ne m’avait pas accordé depuis longtemps.

* Accepte pauvre fou ! *

Cette voie me poursuivait depuis longtemps maintenant. Et la seule erreur qu’elle avait commise, c’était à Sparte, et encore, elle avait en partie raison, je finirais par mourir.

J’opinais du chef en grommelant…


« C’est entendu »
Revenir en haut Aller en bas
Argos
Oracle de Poséidon
Oracle de Poséidon
avatar

Nombre de messages : 1105
Age : 40
Date d'inscription : 16/02/2007

Feuille du marina
Ecaille: Maillot rouge de sauveteur
Equipe:
XP:
8192000/16384000  (8192000/16384000)

MessageSujet: Re: [BG] Kyhréos   Dim 29 Avr 2007 - 11:19

Voilà, comme dit sur le forum principal, bienvenue chez Nous ! Tu as maintenant les accès sur le forum de Poséidon, et beaucoup de lecture à faire Very Happy

J'attends avec impatience la suite de ce BG et d'en savoir plus sur ce mystérieux marina qui te prend sous son aile.

Je me réjouis de te voir dans la grotte d'entrée du Sanctuaire pour le début de ton RP. Puisque ton ami Derricote t'a déjà expliqué le fonctionnement de notre clan, je ne m'éternise pas, mais sache que Pestilenz, l'Amiral de l'accueil et de la formation, son excellent collègue Killerchang ou moi-mêmes sommes à ta disposition pour toute question que tu aurais Wink

Bon jeu à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BG] Kyhréos   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BG] Kyhréos
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GodWarriors - Le Sanctuaire Sous-Marin :: Forum RP :: [RP] Background du Clan et des Marinas-
Sauter vers: